Libellules

Insecte gracieux, aux couleurs éclatantes, il est l’un des plus anciens représentants de la classe Hexapoda. Il parcourait la Terre, il y a déjà des millions d’années.

Identification

Marie-Catherine Phanekham
Libellula depressa femelle source Holger Gröschl

Dans son sens large, l’appellation « libellule » recouvre l’ordre des odonates dans son ensemble. Les entomologistes distinguent trois sous-catégories :

  • Les libellules stricto sensu (anisoptères)
  • Les demoiselles (zygoptères)
  • Les anisozygoptères avec deux espèces seulement, présentent en Asie

Tous les odonates sont pourvus d’un corps allongé, de 2 paires d’ailes indépendantes, de 6 pattes, d’une tête capable de pivoter de presque 360° et garnie d’yeux immenses qui les dotent d’une vision exceptionnelle.

Quelques caractéristiques permettent de distinguer facilement les libellules des demoiselles.

Les anisoptères ont des ailes postérieures plus larges que les antérieures. Au repos, ces ailes sont étendues à l’horizontale, alors que les zygoptères joignent leurs deux paires d’ailes identiques, au-dessus de leur corps. Les yeux des libellules couvrent leur tête et se touchent généralement (ou sinon sont très proches). Ceux des demoiselles sont largement séparés, elles se distinguent également par leur abdomen tubulaire et menu.

Marie-Catherine Phanekham
Aeshna mixta femelle aux ailes écartés au repos et avec les yeux qui se touchent, caractéristiques des libellules par Holger Gröschl – source
Calopteryx splendens male (demoiselle) – source Holger Gröschl

Le vol des libellules est rapide et adroit, là où les demoiselles se déplacent lentement.

Ici, un site pédagogique pour apprendre à identifier les différentes familles d’odonates 

De l’eau à l’air

Les odonates subissent une véritable métamorphose : ils démarrent leur existence en milieu aquatique (les œufs sont pondus près des rivières, lacs, parfois directement dans l’eau). Les larves sont aquatiques. Les libellules passent l’essentiel de leur existence dans ce cycle amphibie qui peut durer jusqu’à quatre ans.

Par mues successives, les larves vont passer d’un système respiratoire aquatique à un système respiratoire aérien, développer des ailes etc. La dernière étape de leur transformation s’appelle émergence.

Quand la larve est mature, elle quitte l’eau pour s’arrimer à un rocher, un roseau, une tige à une cinquantaine de centimètres au-dessus de l’eau. Là, en quelques heures selon les espèces, sa peau éclate et un adulte émerge, gracieux et magnifique, pour démarrer une vie de quelques semaines consacrées à la reproduction.

Photos de émergence d’une libellule

On peut également admirer la naissance d’une libellule ici.

Accouplement  

Les couples d’odonates forment un cœur copulatoire spectaculaire, quand ils s’accouplent.

Le mâle (au-dessus) saisit la tête de la femelle consentante, qui va se courber pour placer l’extrémité de son abdomen (où loge l’ovipore) sur le deuxième segment abdominal du mâle (où se trouve l’organe copulateur). Pour certaines espèces l’accouplement se fait en vol.

Marie-Catherine Phanekham
Enallagma cyathigerum accouplement source Holger Gröschl
Aeshna mixta accouplement source Holger Gröschl

Pour tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’accouplement des odonates, s’instruire ici!