Morphologie

Les insectes sont tous des invertébrés, dotés de 6 pattes et de 2 paires d’ailes, parmi les plus anciens êtres vivants de la planète. 

Marie-Catherien Phanekham

La mue 

Le mode de croissance des insectes du stade de l’œuf à celui d’adulte est un mode discontinu, marqué par des cycles de mues.

Les insectes, n’ont ni os ni squelette mais une cuticule qui recouvre l’intégralité de leur corps, formant un exosquelette (squelette extérieur) rigide sur lequel viennent se fixer les muscles et qui constitue un bouclier protecteur pour l’insecte, une structure imperméable.

Pour grandir, l’insecte doit changer de cuticule, ce qu’il fait dans le processus de mue qu’il répète plusieurs fois au cours de son existence.

La phase adulte est une courte partie de leur cycle de vie, parfois de quelques jours seulement, consacrée à la reproduction. Ils passent l’essentiel de leur vie sous forme de larve.

Si la plupart des insectes connaissent 4 à 5 mues sur quelques mois avant d’atteindre le stade adulte, d’autres vont muter jusqu’à cinquante fois, certains ayant un cycle de vie de 17 ans.

On distingue les insectes qui muent et grandissent sans changer fondamentalement d’aspect. Et ceux  qui encourent une véritable métamorphose, comme les lépidoptères qui passent de chenille à  papillon ou les libellules dont les larves vivent dans l’eau et l’imago (adulte) dans l’air.

Un physique spécialisé

Le corps des insectes se compose:

  • de la tête,
  • du thorax sur lequel sont fixés les pattes et les ailes,
  • et de l’abdomen qui contient notamment les organes reproducteurs et les stigmates, orifices par lequel l’air est amené dans tout le corps.

Corps, tête, yeux, ailes pattes, chacun de ces attributs possède une fonction spécialisée, une forme adaptée et typique à l’espèce.

Ailes

Ainsi les libellules sont dotées de deux paires d’ailes identiques qui favorisent la portance et le vol (ce sont des championnes de la vitesse, du vol en arrière).

Chez les coléoptères comme la coccinelle (voir photo), les ailes antérieures sont devenues rigides et opaques formant une véritable carapace protectrice. On les appelle élytres.

Chez les femelles papillons, les ailes diffusent des phéromones puissants pour signaler leur présence aux mâles.

Pour en savoir plus lire ici

Tête

Elle est dotée d’un appareil buccal de type broyeur chez les insectes carnivores (libellules, sauterelles…), ou de type lécheur chez les lépidoptères dotés d’une trompe pour aspirer le nectar.

Les antennes peuvent être selon l’insecte et le genre (mêle ou femelle), épaisses, courtes, en forme de râteaux.  

La dimension et la position des yeux sont également caractéristiques d’un ordre ou d’une espèce.

De même que les pattes. Les orthoptères (sauterelle par exemple) se reconnaissent à leurs longues pattes arrière qui leur permettent de sauter…